Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 16:31
Mialy R. Rajoelina: Femme autonome, femme épanouie
Mialy R. Rajoelina: Femme autonome, femme épanouie

Le samedi 04 décembre 2021, au Novotel sis à Alarobia Antananarivo, s’est tenue une « Journée de réflexion du réseau des Femmes Leaders Africaines à Madagascar », sous le thème « La relance économique des Femmes Malagasy dans le contexte de Covid-19 et Kéré ».

Ci-après la retranscription du discours intégral prononcé en française, de Madame Mialy R. Razakandisa, Première Dame de Madagascar et Présidente Fondatrice de l’Association Fitia.

Mesdames les Ministres,

Monsieur le Représentant résident des Nations Unies,

Madame l’Ambassadrice de l’Union africaine,

Monsieur le Représentant de l’UNFPA,

Madame la Représentante de l’ONUDI,

Mesdames et Messieurs,

Cher(e)s ami(e)s.

Je suis particulièrement honorée d’être invitée à cette Journée de réflexion dont l’objectif est d’identifier les moyens pour aider les femmes à se relever face aux conséquences économiques de la Covid-19 et de l’impact du Kéré.

Ces deux fléaux ont particulièrement touché les femmes qui sont davantage isolées, davantage écartées. Cette Journée a parfaitement sa place durant ces 16 jours d’activisme contre les Violences Basées sur le Genre. Il est primordial de mettre en lumière l’importance de la femme dans le processus de développement, et même de développement durable.

L’investissement dans l’autonomisation des femmes est une voie sûre pour sortir de la pauvreté et pour une croissance économique inclusive. Chaque femme aspire à l’épanouissement de sa famille. Son autonomisation est donc la clé pour une société plus sereine.

Ainsi, je m’adresse à vous femmes épouses, mères, sœurs et filles : vous êtes essentielles pour le développement de notre Continent, en commençant par votre foyer, votre quartier, votre ville, votre pays. Malgré la dure épreuve de la Covid-19 et le changement climatique, vous avez tenu bon. Plusieurs d’entre vous ont même fait preuve de résilience pour entreprendre.

Je tiens à saluer votre courage et votre ténacité.

Pour celles qui éprouvent des difficultés à se relever, des structures sont aujourd’hui présentes aux quatre coins de l’île, afin de les accompagner vers l’autonomie. Que vous aspiriez à exploiter vos talents manuels ou à améliorer vos connaissances dans d’autres domaines, nous mettons en œuvre des actions concrètes pour vous aider.

En mars 2021, l’Association Fitia s’est rendue dans les six Chefs-lieux de province de Madagascar, afin de soutenir des structures par la mise en place d’activités génératrices de revenus pour les femmes.

A Tamatave, nous développons une unité de transformation mutualisée de fruits, pour produire des jus, du sirop, des fruits séchés, de la pâte de fruits ou encore de la poudre de fruits. Cette initiative permet à 280 femmes d’être entrepreneurs, de gagner en autonomie et d’intégrer le secteur formel.

A Fianarantsoa, c’est la filière apicole que nous avons soutenu dans la Coopérative « Soa Tantely » comprenant 60 personnes, et l’Association des Femmes Paysannes de la plantation théière Sahambavy composée de 200 femmes.

A Tuléar, des plants de moringa ont été plantés sur un hectare et nous avons créé une unité de transformation de moringa partant du séchage en passant par le broyage jusqu’à l’ensachage.

Dans la partie Ouest de l’île, à Majunga, à la demande de l’Association des Femmes de pêcheurs, nous avons construit le premier débarcadère de la ville, qui permet la conservation et la transformation de poissons. Les femmes ont bénéficié d’une formation professionnelle.

Plus au Nord, à Diego. Pour soutenir les femmes artisanes, nous avons planté ensemble du raphia et du bambou qui constituent la matière première dans leur filière. Cet accompagnement leur a été bénéfique pour une meilleure gestion de leur calendrier de production.

Dans la Capitale, ici à Antananarivo, pour faire face à l’insuffisance de structures professionnelles dans les métiers de l’Artisanat, tel que la poterie, la broderie et le tissage de la soie, un atelier partagé a été créé. Du matériel professionnel a été mis à disposition aux femmes artisanes, pour leur permettre de réaliser leurs créations.

Aujourd’hui, dans notre pays, un trop grand nombre de femmes continuent à souffrir d’analphabétisme. Et, par conséquence, de chômage. Elles font souvent face à de multiples formes de discrimination, comme si elles avaient commis l’erreur d’être tout simplement des femmes.

C’est pourquoi, l’Éducation est l’un des piliers dans les actions que nous menons. Dans le Sud de Madagascar, certaines écoles ont fermé à cause du Kéré. La redynamisation des cantines scolaires a favorisé le retour des écoliers, qui a aussi augmenté en nombre. Ce sont donc près de 2,5 millions repas chauds qui ont, à date, servis aux élèves.

Cette action porte ses fruits. Chaque jour, de plus en plus d’enfants rejoignent les bancs de l’école. Une lueur d’espoir pour une génération et, notamment, une génération de filles et de femmes instruites et actrices de leur avenir.

Toujours dans cette région, nous avons ouvert en octobre 2021, en partenariat avec la Fondation Mérieux, l’usine NUTRISUD. Employant, en majorité, des femmes, l’usine produit 8 millions de dosettes nutritives par an, destinées aux cantines de la région. NUTRISUD s’approvisionne en matières premières, telles que les arachides, auprès des femmes agricultrices locales.

Dans les districts d’Amboasary Sud, Bekily et Ampanihy, ce sont les femmes en zone rurale que nous soutenons. Nous leur avons fait don de matériels agricoles, de motoculteurs ainsi que de semences de manioc sur 30 hectares. A Ambovombe, nous mettons l’accent sur l’industrialisation comme facteur d’autonomisation, en implantant une unité de transformation de manioc en gari (Note : semoule ou farine de manioc).

Contribuer à l’intégration de la Femme au sein de la Société, implique aussi de leur donner les outils pour y parvenir. Et ce, à travers la Formation. Ainsi, au Centre de prise en charge des victimes de Violences Basées sur le Genre, a Mahamasina (Antananarivo), l’Association Fitia, en collaboration avec différents ministères et l’UNFPA, a mis en place les formations intégrées depuis septembre (2021).

Mesdames et Messieurs,

Beaucoup d’actions ont été menées depuis ces dernières années. Je saisis l’occasion pour adresser mes remerciements et mes encouragements à toutes les différentes organisations publiques, privées ; à chacun de vous, ici présents, qui se sont ralliés à cette cause.

Pour conclure, je lance un appel aux Femmes Leaders, aux Institutions, aux Organismes, aux Entreprises, aux Associations mais aussi à tout un chacun : SOUTENONS, ENCOURAGEONS ET FORMONS LES FEMMES. Car une femme autonome est une femme épanouie. C’est l’assurance d’un foyer heureux, d’une communauté stable et, à terme, d’une nation développée.

Je vous remercie de votre attention.

Mialy Razakandisa Rajoelina

Première Dame de Madagascar

Président Fondatrice de l’Association Fitia

Transcription : Jeannot Ramambazafy

Partager cet article
Repost0

commentaires